Le Master Thesis Award for Future Generations – Sustainable Food valorise et récompense, annuellement, des mémoires ou travaux de fin d'études qui traitent de l’alimentation de manière pertinente, soutenable et innovante. Il s’agit plus concrètement des différents étapes de la chaîne alimentaire à partir de la transformation des matières premières jusqu’à la consommation (ou l’élimination des déchets), en passant par le transport, la conservation, la commercialisation et la distribution. Les politiques qui régulent ou facilitent ces aspects font également partie du champ de recherche couvert par le prix. La conception et la production de matières premières agricoles ne sont pas concernées.

Un jury attribuera, chaque année, un prix de 2 500 euros au mémoire qui répond le mieux aux trois critères suivantes : répondre à un enjeu majeur de la société, intégrer les différentes dimensions d'un développement soutenable (environnement, humain, économique, participation), dans une approche transversale du sujet et faire preuve d’innovation. (Voir critères de sélection du jury pour plus de détails).

Pourquoi est-il fondamental que de nouvelles générations de professionnels dans le domaine de l’alimentation intègrent les différentes dimensions d'un développement soutenable ?

L’alimentation est un enjeu clé de notre 21eme siècle. Bien que la production alimentaire soit aujourd’hui suffisante pour nourrir l’ensemble des populations sur terre, plus de 800 millions de personnes souffrent de faim de manière chronique. Un enfant sur quatre en dessous de cinq ans risque de mourir des suites de maladies liées à la malnutrition et plus de 2 milliards de personnes sont en manque des vitamines et minéraux nécessaires. Dans le même temps, le FAO estime qu’un tiers de la production alimentaire totale est soit gaspillé, soit perdu.
Parallèlement, l’OMS avertit que la production accrue d'aliments transformés, l'urbanisation rapide et l'évolution des modes de vie ont conduit à un changement dans les habitudes alimentaires. Il désigne la mauvaise alimentation comme une priorité de santé publique en vue de la lutte contre des maladies telles que les maladies cardio-vasculaires, le cancer et le diabète.

Suite à la globalisation des échanges, les systèmes alimentaires et agricoles ont été révolutionnés : le marché agricole mondial est aujourd’hui beaucoup plus intégré. Ces évolutions ont eu des impacts positifs, mais elles ont aussi créé des barrières pour les petites et moyennes exploitations agricoles face aux marchés locaux, nationaux et mondiaux. D’un point de vue environnemental, les chaînes d’approvisionnement agroalimentaires mondiales posent aussi questions en termes de pollutions et de consommation de ressources.

Face à l'explosion démographique en cours et des problèmes tels que la faim, l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la perte de la biodiversité, il est urgent de transformer en profondeur nos systèmes alimentaires. Notre alimentation doit renouer avec des modes de transformation, de distribution, de commercialisation et de consommation durables, tant au Nord qu'au Sud. La transition vers une alimentation soutenable nécessitera des innovations technologiques et sociales de même qu’une meilleure compréhension des systèmes alimentaires complexes et des politiques et réalités économiques qui les façonnent.

"Une alimentation durable contribue à protéger et à respecter la biodiversité et les écosystèmes ; elle est culturellement acceptable, économiquement équitable et accessible, abordable, nutritionnellement sûre et saine, et permet d'optimiser les ressources naturelles et humaines."
FAO


Ce prix d'excellence est organisé par la Fondation pour les Générations Futures en partenariat avec d’Ici, Cosucra et le Fonds Triodos, avec l'appui des épargnants de la Banque Triodos.